La Région doit agir pour les usagers des TER

Publié le par Marie-Hélène RIAMON

La Région doit agir pour les usagers des TER

Depuis quelques semaines, je suis saisie par de nombreux usagers, mécontents du service sur plusieurs lignes TER, notamment Roanne-Lyon, Lyon-Paray et Montbrison-Thiers.

Ils constatent une dégradation du service : suppression de services en gare, suppression de trains, absence de travaux ou travaux mal concertés. Ces usagers s'adressent à moi, en tant qu'ancienne Présidente de comités de ligne, faute d'interlocuteurs fiables à la Région. Leurs élus étaient d’ailleurs ce jeudi avec leurs écharpes au siège de la Région à Lyon pour manifester leur inquiétude. Chaque fois que je suis interpellée, je conseille aux usagers de saisir le Président Wauquiez, le Vice-président Mignola ou le Président de la commission Taite.

Ces usagers sont découragés et attendent des réponses : La SNCF va-t-elle maintenir les services au guichet en gare de Roanne et du Coteau ? La durée des travaux de la ligne Lyon-Paray pourrait-elle être réduite à 1 an au lieu de 2 ? Le service de cars de substitution sera-t’il au même niveau que le service de train entre Paray et Lyon aux heures de pointe, en particulier en vallée d'Azergues ? Pourquoi les travaux prévus sur la ligne Montbrison-Thiers sont-ils abandonnés, en particulier entre Boën et Thiers ?

Pendant 10 ans, sous l’impulsion de Jean-Jack Queyranne, Président de la Région Rhône-Alpes, les comités de ligne ont permis aux usagers d'exprimer leurs besoins, leurs déceptions, voire leurs colères vis à vis du service public de transport de voyageurs. Avec l'aide des services de la Région et des élus régionaux, les comités de ligne ont permis de peser sur les choix de la SNCF et d'obtenir des avancées locales : garanties de desserte et de capacité dans les cars de substitution, services en gare adaptés aux besoins, passerelles pour traverser les voies en sécurité, priorité d'aménagement d'un passage à niveau, respect des délais de travaux et de la durée de chantier. Ces espaces de dialogue et de mise en œuvre de solutions pratiques pour les usagers quotidiens du train manquent aujourd'hui.

Les outils de démocratie participative qu'étaient les comités de ligne pouvaient être améliorés. Ils obligeaient aussi les conseillers régionaux à s'engager pour le service public. Mon engagement tout au long du mandat a été de rechercher sans relâche auprès de la SNCF des solutions tenables face aux difficultés quotidiennes des usagers. Et de partager avec mes collègues la fierté de voir doubler le nombre de voyageurs, de voir chaque année la fréquentation augmenter et d'avoir fait en sorte que les 1500 trains qui circulent chaque jour en région soient neufs.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article