Action économique de Roannais Agglomération : pas de débat, pas de projets !

Publié le par Marie-Hélène RIAMON

Action économique de Roannais Agglomération : pas de débat, pas de projets !

Le 27 octobre dernier, la présentation de la stratégie de développement économique de Roannais Agglomération pour 2020 n’a donné lieu à aucun débat, Y. Nicolin ne l'a pas autorisé. Et pourtant, de ce texte laborieusement et tristement lu mot à mot par le Vice-Président en charge de l'Economie, totalement transparent, il y aurait eu beaucoup à dire.

Le Président n'a pas autorisé non plus de contribution, ni de propositions des conseillers communautaires - surtout ceux de l'opposition ! - de peur que notre expertise reconnue mette en défaut son manque de vision.

De cette contribution « officielle » au Schéma Régional de Développement de l'Économie, de l'Innovation et de l'International pour les 5 prochaines années, je retiens les points suivants :

1 – les thèmes retenus sont les mêmes qu'en 2009, proposés alors par Paul Paput, Vice-Président de Christian Avocat. Une stratégie solide, argumentée, mais 8 ans après elle nécessitait d'être actualisée, projetée vers les années 2020 pour parler d’'économie circulaire, de transition énergétique, de connectique, des circuits courts, de la valorisation du bois, des matériaux bio-sourcés, des usages numériques, de la Silver Economie, des réseaux d'usagers en lien avec des réseaux d'entreprises, ...

Nous aurions aimé continuer à mettre le Roannais au cœur des dynamiques de l’économie sociale et solidaire, du développement durable, de l’économie de proximité, de l’égalité femme-homme.

2 – le Vice-Président Perron n’a pas parlé de l'accompagnement aux entreprises en difficultés, n’a rien dit de l'accès aux marchés internationaux pour les entreprises roannaises qui y réalisent déjà 30 à 50% de leur chiffre d'affaires. Rien non plus sur la gestion des ressources humaines en entreprise, indispensable moteur du développement.

3 - pas grand chose sur l'innovation réduite à 2 pôles de compétitivité, alors qu'une quinzaine sont accessibles en Auvergne-Rhône-Alpes à toutes les entreprises à condition de les préparer.

4 – pas grand chose non plus sur les moyens de prospection pour implanter de nouvelles activités quand l'Agence Départementale disparait et que Lyon et St Etienne travaillent déjà ensemble au sein de l'ADERLY pour attirer des investisseurs étrangers.

5 – la politique actuelle d’Y. Nicolin se réduit à un guichet qui octroi 1000 € par emploi, en cas de construction d'un bâtiment, mais sans contrepartie, sans conditions, sans contrôle. Ce type de subvention couteuse nous ramène plus de 15 ans en arrière.

Seule action de l'année 2016 : un bâtiment "en blanc" fortement subventionné par l'argent public et qui attend des locataires ! Comment viendront-ils sans prospection ? Ce choix traduit un manque d'autonomie et d'originalité de pensée. La loi NOTRé demande aux Agglomérations de prendre des initiatives, d'être force de proposition, de contribuer par leur action au développement régional. Elle demande plus qu'une simple déclinaison des axes régionaux, eux mêmes réduits à l'obsession des subventions à l'immobilier d'entreprise.

On sait qu'en Europe, les entreprises et les territoires qui gagnent et créent de l'emploi sont ceux qui innovent, investissent en ressources humaines, travaillent en réseau, renforcent leurs partenariats financiers y compris publics. Avant 2015, sous l’impulsion conjointe de Roannais Agglomération et de la Région, nous avons permis la création de 2400 emplois entre 2008 et 2014. Sous notre impulsion, 4500 salariés du Roannais dans 179 entreprises ont bénéficié de gain de compétences : 500.000 € d'aides régionales ont été mobilisés par les entreprises roannaises. Sous notre impulsion conjointe, 1500 personnes chaque année ont retrouvé le chemin de l'emploi dont 450 d'entre elle avec un emploi d'insertion en mobilisant près 2 € d'euros /an d'argent public régional.

Sous notre impulsion, 40 entreprises innovantes du Roannais ont intégré un cluster ou pôle de compétitivité et près de 300 projets en commerce artisanat et économie de proximité ont pu s'implanter. Nous avons aussi la fierté d'avoir permis la création d'un Espace Test Agricole qui favorise l'implantation de nouveaux agriculteurs. Et c'est de cette manière que les nouvelles zones d'activité nécessaires comme Bonvert ou le Marclet sont alors valorisées. Que les anciens bâtiments de Giat sont réutilisés pour des activités d'avenir.

En matière d’'intervention publique pour le développement économique, il y a ceux qui se contentent de distribuer de l'argent public à des patrons et de couper des rubans d'inauguration et il y a ceux qui innovent, inventent de nouveaux modèle de développement. Le développement durable des entreprises se niche au cœur de chaque emploi sauvegardé ou créé, de chaque innovation y compris sociale, du sens donné à un nouveau produit ou service. Ce projet de société aurait mérité un débat et un peu d'enthousiasme.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article